Evenements

VIDEO: Ecole 4, Jacques Yves Cousteau à Saint Petersbourg !
VIDEO: Ecole 4, Jacques Yves Cousteau à Saint Petersbourg !
Récit du parcours qui nous a amené à appeler notre école :Ecole N°4-JY. COUSTEAU par Alla Yershova et Yves Omer En mai 1992, l’Ecole n°4 de Saint Pétersbourg, spécialisée en enseignement intensif du Français, conjointement avec le lycée Perrier de Marseille, a organisé un échange scolaire à Marseille. Parmi les festivités, il y eut une réception à la mairie de Marseille, sous l’égide du maire, Mr Gaudin. Au cours des échanges, en présentant notre école, son numéro, N°4, a surpris le maire. A la fin de la réception, il interpelle la directrice, Alla Yershova, et lui dit : « Je pensais qu’en Russie, seuls les camps de concentration avaient un N°. En Europe, les établissements scolaires reçoivent le nom, d’hommes célèbres ». Cette remarque nous a bouleversés. De retour, à l’école, tous, professeurs, parents, élèves, face à cette interpellation, sont tombés d’accord pour trouver un nom de Français Illustre. Nous avons dressé une liste pour la soumettre à un vote. On pouvait y trouvait des gens comme Diderot, très célèbre en Russie, mais il y avait d’autres noms, en particulier celui d’un célèbre marin, connu dans le monde entier pour ses films qui passaient, à cette époque, tous les dimanches à la TV russe et qui étaient regardés en famille, découvrant avec bonheur le monde sous-marin à travers les récits de son équipe : « L’Odyssée sous-marine du Commandant Cousteau ». Bien sûr, c’est lui qui a remporté la palme et il fut décidé, à l’unanimité, d’appeler l’école : « Ecole N°4, Ecole Jacques-Yves Cousteau ».
Les choix de COUSTEAU récompensés
Les choix de COUSTEAU récompensés
COUSTEAU est fière d’avoir contribué au récent classement au Patrimoine Mondial de l’UNESCO d’une vaste zone comprenant deux parcs nationaux marins remarquables, ainsi que le site de Chab Rumi où le commandant Cousteau mena en 1963 sa célèbre expérience de vie sous la mer de Pré-continent II.
Polluants retrouvés dans les fosses océaniques les plus profondes
Polluants retrouvés dans les fosses océaniques les plus profondes
« Nous avons tendance à croire que les fosses océaniques sont retirés et préservées , intactes des impacts humains » Mais elles ne le sont pas. Comme l’ont démontré des chercheurs de l’université d’Aberdeen qui sont allés dans ce qui est probablement l’endroit le plus reculé de la planète et ont pourtant trouvé des traces de polluants chimiques dans les créatures qui vivent à des miles sous la surface de l’océan. Les scientifiques ont présenté des preuves de la présence de PCB ainsi que de PBDE (une autre catégorie de produits chimiques toxiques) dans les petits crustacés récoltés dans les profondeurs. Leur étude à été conduite en 2014, en utilisant des sous marins télécommandés pour échantillonner la Fosse des Mariannes et la Fosse des Kermadec (à proximité de la Nouvelle-Zélande). Ils ont trouvés d’importants niveaux des deux types de produits chimiques dans les corps d’amphipodes (petits crustacés sans coquille) recueillis à des profondeurs situées entre 7,000 et 10,000 mètres sous les vagues. En réalité les niveaux de ces produits chimiques dépassent le niveau de PBDE proche de la surface en Nouvelle-Zélande et les niveaux de PCB étaient même plus importants que ceux retrouvés dans deux des rivières les plus polluées de Chine. Les PCB sont interdits dans la plupart des pays depuis des décennies et les PBDE , utilisé dans les produits ignifuges, commencent à connaître des restrictions aussi. Les deux types de polluants sont synthétiques et appartiennent à la catégorie des POP (polluants organiques persistants) car ils ont une décomposition lente et difficile. Et , tandis que les endroits les plus profonds de nos océans sont peut-être inaccessibles pour nous, ils sont en fait des sanctuaires pour les polluants du monde. De la même manière que des millions de tonnes de plastique se sont entassées dans le vortex de déchets du Pacifique nord, des plus petits morceaux de plastique coulent jusqu’au fond des océans où ils peuvent être ingéré par la faune marine. Et du fait que ces endroits soient si profonds, toute chose qui y entre fait rarement le chemin inverse.
La Calypso quittera Concarneau lundi 14 mars 2016
La Calypso quittera Concarneau lundi 14 mars 2016
Le Cargo Abis Dusavik arrivera à Concarneau aux environs de 8h30 et l’opération de grutage de la Calypso se déroulera entre 11 heure et 14 heure. L’Abis Dusavik est un cargo hollandais de 111,60 mètres de long et affichant un tonnage de 5 460 tonnes brutes. 
COP 21 / UNESCO–PÔLES ACTIONS ET L’ÉQUIPE COUSTEAU PRÉSENTERONT SAMEDI 5 NOVEMBRE “ARCTIQUE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE”
COP 21 / UNESCO–PÔLES ACTIONS ET L’ÉQUIPE COUSTEAU PRÉSENTERONT SAMEDI 5 NOVEMBRE “ARCTIQUE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE”
CONFÉRENCIERS : Rémy Marion, réalisateur, photographe, éditeur et fondateur de Pôles Actions; Tarik Chekchak, Directeur Science et Environnement de l’Equipe Cousteau; Eric Rehm, chercheur associé à l’Unité Mixte Internationale Takuvik, Université de Laval, Canada. QUAND : Samedi 5 novembre de 17.00 à 17.45 OÙ: Pavilion UNESCO /le Bourget (espace Générations Climat, ouvert au public). http://www.cop21.gouv.fr/wp-content/uploads/2015/11/EGC-guide-des-visiteurs.pdf Le climat change très rapidement dans l’arctique, avec une  intensité prêt de deux fois plus rapide que le reste du monde. D’importants glaciers reculent et la banquise estivale pourrait bien disparaitre avant 2040. Le changement climatique dans l’arctique affecte également des écosystèmes comprenant des espèces emblématiques comme l’ours polaire. Il affecte également les communautés polaires et les régimes des courants atmosphériques et marins qui ont une influence beaucoup plus large que dans les régions polaires.  
Pierre-Yves Cousteau parle aux jeunes pendant la COP21!
Pierre-Yves Cousteau parle aux jeunes pendant la COP21!
 Le 3 Décembre dans le cadre de la COP21, Pierre-Yves Cousteau a livré un message vibrant lors d’une table ronde consacrée a l’engagement de la jeunesse comprenant jeunes chercheurs et des militants pour la protection des océans/ Pierre-Yves a insisté sur le besoin de motiver les citoyens du monde en touchant leurs valeurs. Comme le commandant Cousteau, son père a disait «Les gens protègent ce qu’ils aiment» et, malheureusement, la principale motivation à travers le monde est encore financière. Cependant, de nouveaux modes de production et de consommation plus adaptés apparaissent et Pierre-Yves insiste sur la nécessité de soutenir ces initiatives porteuses de changements et de solutions.Puis Pierre-Yes a brièvement présenté le projet « Cousteau Divers. Depuis Août 2015, Cousteau Divers et l’Université du Queensland, ont lancé le projet Hermes. Il s’agit prendre la température de l’Océan, en liant l’observation de l’espace a la science participative. En effet, peu de données existent sur l’évolution des températures dans les zones côtières, qui renferment pourtant des écosystèmes marins très importants. Les ordinateurs de plongée des plongeurs récréatifs prennent la température et constituent donc un gisement de données qui peut nous aider a suivre l’évolution des impacts du changement climatique. Rappelons qu’au moins 88% de l’excès de chaleur conséquence des émissions humaines est absorbé par l’Océan.
COP 21 : L’Equipe Cousteau présente les enjeux du changement climatique en arctique
COP 21 : L’Equipe Cousteau présente les enjeux du changement climatique en arctique
Ce matin, Tarik CHEKCHAK, directeur Sciences et environnement de l’Equipe Cousteau a présenté en compagnie de Rémy Marion de l’association Pôles Actions, une présentation sur la situation de l’ours polaire face aux enjeux du changement climatique. La session c’est déroulée au sein du pavillon Tara « Océan et Climat » dans le cadre d’une journée consacrée aux enjeux de l’arctique dans le cadre de la COP21. Parmi les points essentiels de la matinée, ont été explorées les conséquences de la réduction drastique de la banquise estivale sur l’océan glacial arctique et le climat. La table ronde sur les conséquences écologiques a réuni Rémy Marion, spécialiste des régions polaires et co-auteur du livre « Géopolitique de l’Ours Polaire », Olivier Gilg, Président du Groupe de Recherche en Ecologie Arctique et Tarik CHEKCHAK. Parmi les points proposés par l’Equipe Cousteau, la nécessité de s’adapter a la probabilité que d’ici au plus tard 2100 ,la banquise estivale disparaisse presque totalement de l’arctique, avec de très grandes conséquences sur les écosystèmes qui en dépendent, incluant l’emblématique ours polaire. Devant ce constat, nous recommandons d’identifier des zones, particulièrement dans le nord du Groenland et du Canada, qui pourraient héberger des reliques de banquise estivale et devenir des zones refuges dont il faudrait assurer un haut niveau de protection. Plus de détails: http://oceans.taraexpeditions.org/m/agenda/en-ce-moment/tara-met-le-cap-vers-la-conference-climat-de-paris-en-decembre-cop-21/ 
L’Equipe Cousteau à l’évènement de haut niveau « Because the Ocean », dimanche 29 Novembre.
L’Equipe Cousteau à l’évènement de haut niveau « Because the Ocean », dimanche 29 Novembre.
Dimanche 29 novembre, a la veille de l’ouverture officielle de la COP21, l’Equipe Cousteau était présente à l’événement « Because The Ocean » organisé au Pavillon Tara « Océan et Climat ».  Cet événement de haut niveau a réuni des représentants de gouvernements et de la société civile. Une déclaration commune a été signée soutenant : Un rapport spécial sur l’océan par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) Le respect de l’Objectif de Développement Durable nº14 dédié à l’Océan et aux ressources marines L’engagement d’un groupe de travail « Ocean » sous l’égide de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC)
L’Équipe Cousteau à la COY11
L’Équipe Cousteau à la COY11
Pour sa 11e édition, la COY “La Conferérence des Jeunes” se déroule en France, entre le 26 et 28 Novembre. Plus grande que les précédentes COY, la COY11 entend présenter le message de la jeunesse juste avant la COP. Le  26 Novembre, L’Equipe Cousteau a eu le plaisir d’échanger avec des jeunes du monde entier lors de notre atelier  “L’Océan au cœur du changement climatique ». Sont but ? Iinformer les jeunes sur les conséquences du changement climatique dans les écosystèmes marins, mais aussi les motiver a entrer dans l’action en présentant des pistes de solutions pour le développement durable. Durant les négociations climatiques, les jeunes de YOUNGO « assemblée des organisations non gouvernementales de la jeunesse » mènent un certains nombres d’activités visant à : rappeler aux représentants des gouvernements leur devoir moral dans ces négociations, pousser pour que certains sujets soient débattus au sein de la COP, comme par exemple la question assurer la liaison avec les jeunes non présents à la COP et les tenir informer sur l’évolution des négociations.  Pour sa 11e édition, la COY “La Conferérence des Jeunes” se déroule en France, entre le 26 et 28 Novembre. Plus grande que les précédentes COY, la COY11 entend présenter le message de la jeunesse juste avant la COP. Le  26 Novembre, L’Equipe Cousteau a eu le plaisir d’échanger avec des jeunes du monde entier lors de notre atelier  “L’Océan au cœur du changement climatique ». Sont but ? Iinformer les jeunes sur les conséquences du changement climatique dans les écosystèmes marins, mais aussi les motiver a entrer dans l’action en présentant des pistes de solutions pour le développement durable. Durant les négociations climatiques, les jeunes de YOUNGO « assemblée des organisations non gouvernementales de la jeunesse » mènent un certains nombres d’activités visant à : -rappeler aux représentants des gouvernements leur devoir moral dans ces négociations,-pousser pour que certains sujets soient débattus au sein de la COP, comme par exemple la question de l’éducation au changement climatique,-assurer la liaison avec les jeunes non présents à la COP et les tenir informer sur l’évolution des négociations. En soirée, nous avons eu également le plaisir de participer à la table ronde sur “La Nature est-elle en danger de privatisation ? » Nous avons débattu avec des scientifiques, des représentant de communautés autochtones et  bien sur le publique présent des questions suivantes : Qu’on achète des terres pour les sanctuariser ou pour les industrialiser, mettre un prix sur la biodiversité et ses synergies naturelles pose des questions éthiques. Les changements climatiques et les dégradations dues aux activités humaines mettent en péril nos écosystèmes et ce qu’ils apportent aux Hommes et certainement ces dégradations ont un coût. Seulement, pour sauvegarder notre environnement est-on obligé de l’intégrer dans les logiques économiques? Quels en sont les risques ?” Tarik Chekchak, Directeur Sciences & Environnement de l’Équipe Cousteau a partagé la table ronde avec, Marine Gauthier, consultante pour les Nations Unies sur les questions de gouvernance(REDD+, COP21), Alain Karsenty, économiste et chercheur au CIRAD, Département “Environnements et Sociétés », Patrick Saïdi Hemedi, représentant des communautés autochtones de la République Démocratique du Congo et Laure Ducos de l’association BLOOM qui animait le débat. Une journée rafraichissantes et pleine d’échanges dynamiques qui fait du bien au vu des circonstances…
Equipe Cousteau participe à un atelier international à Djibouti
Equipe Cousteau participe à un atelier international à Djibouti
Équipe Cousteau, représentée par Tarik Chekchak, Directeur Science et Environnement et Rebecca Klaus, Conseillère, participe à un atelier international à Djibouti, du 14 au 15 Octobre. Cette région avait été visitée, dans les années soixante, par le Commandant Cousteau lors des expéditions en mer Rouge avec Calypso. En 1967, il a exploré le célèbre golfe du Goubet. Aujourd’hui, suite à la demande de l’IUCN, l’Union internationale pour la conservation de la nature, Équipe Cousteau est de nouveau présent dans cette région afin de s’impliquer dans un projet de recensement et de cartographie des habitats marins, principalement dans le golfe de Tadjourah.
Henri Garcia, repésentant l’Equipe Cousteau à l’île de Pâques, disparait
Henri Garcia, repésentant l’Equipe Cousteau à l’île de Pâques, disparait
Henri est parti explorer un univers inconnu, mais l’affection, la passion sans limite qu’il a témoigné à l’œuvre du Commandant Cousteau et à notre équipe nous donnera l’énergie de poursuivre ses rêves. Henri était depuis 20 ans notre ancrage à l’île de Pâques. Nos échanges presque quotidiens gommaient la distance et bâtissaient les programmes. Henri, c’est un homme soleil qui ne s’éteindra jamais ! A tous ceux qui l’ont aimé, notre sympathie en partage. Francine Cousteau Adieu Riton ! “L’aventure continue!” c’était son leitmotiv. La vie d’Henri Garcia était toute entière vouée à la découverte. De ses premières sorties en tant que jeune plongeur et marin, de la Marine Nationale au Marine Land d’Antibes, à son arrivée dans l’équipe du Commandant Cousteau et ses expéditions. Henri Garcia a toujours vécu sa passion pour l’exploration à fond, se distinguant par son enthousiasme contagieux et sa volonté inébranlable d’aller de l’avant. Depuis bientôt 20 ans cet ami loyal était le représentant de l’Équipe Cousteau au Chili basé à l’ile de Pâques. Au cours d’une expédition à l’île de Pâques pour faire le repérage du film de Cousteau Le Testament de l’Ile de Pâques (1978), il tomba amoureux de l’île et de ses mystères. Au fil des années « Riton » est devenu un des personnages emblématiques de l’île, où il s’investit tant dans la construction de ses infrastructures que dans l’exploration de l’archéologie et où il aura deux enfants. Incontournable, il accompagnera les voyages de tous ceux qui comme lui, partageront la fascination pour cette île, de Christian Zuber à Thor Heyerdahl et tant d’autres. Henri Garcia ancra son cœur à Rapa Nui et en fit sa base d’explorations, d’où il rayonna à travers la Polynésie, l’Amérique du Sud, et le reste du monde, découvrant des merveilles dans des lieux aussi variés que Sala y Gomès, les iles Chiloé, la Sibérie ou le désert de l’Atacama, comme ce fameux « dragon de Patagonie » trouvé en 2001 lors d’une mission sur le glacier de Grey. Aux confins du monde, là ou personne n’aurait cru trouver la vie, Henri Garcia trouvait de la magie, et il ne cessa jamais de s’en émerveiller. L’Équipe Cousteau ainsi que la Cousteau Society est aujourd’hui sous le choc de sa disparition et tient à s’unir à tous ceux qui portent aujourd’hui le deuil de cet aventurier hors pair et de cet ami fidèle, qui partageait avec le Commandant Cousteau l’amour de l’exploration et qui avait si bien continué à porter le flambeau de cet esprit, qu’il nous lègue à tous. A nous tous maintenant de continuer l’aventure Riton ! Diane Cousteau Henri Garcia – 1951-2015Instructeur, chef plongeur sur Calypso, chef de mission, explorateur archéologique terrestre et sous-marin. Représentant Équipe Cousteau / Cousteau Society à l’île de Pâques.  
« 1 2 3 »