Francaise

Calypso va re-naviguer! Une merveilleuse année commence.
Calypso va re-naviguer! Une merveilleuse année commence.
En ce début d’année 2016, une toute nouvelle vie s’ouvre pour Calypso, 20 ans exactement après son accident à Singapour. Après avoir exploré la possibilité d’un avenir monégasque pour le mythique navire du Commandant Cousteau, une autre solution est retenue pour sauver la Calypso. Francine Cousteau, Présidente des Associations crées par le Commandant se bat depuis 20 ans pour la sauver. L’Equipe Cousteau l’a achetée à Loël Guinness, pour en faire un étendard vivant de l’écologie à travers les océans du globe. Des milliers de fans, à travers le monde, ont apporté leur soutien moral pour faire naviguer Calypso de nouveau. Les couts considérables liés à ce projet ont, maintes fois au cours de ces 20 ans, barré toutes possibilités. Finalement, Equipe Cousteau a réussi à mettre autour d’une même table des mécènes internationaux généreux et très motivés, aux objectifs compatibles avec ceux de l’Equipe Cousteau. A la fin du premier trimestre 2016 Calypso pourra quitter les chantiers de Concarneau et entamer sa nouvelle vie. En plus de la coque historique du bateau et de ses équipements, Calypso sera dotée des deux moteurs Volvo Marine achetés en 2009. Francine Cousteau précise : « Lorsque Calypso reviendra en Méditerranée, elle sera navigante et propulsée par ses propres moteurs, comme le souhaitait le Commandant Cousteau. Je suis particulièrement heureuse d’annoncer cette grande nouvelle, à l’issue de 20 années de combat contre l’adversité et les coups du sort. Je remercie tous ceux qui nous ont aidé et j’invite ceux et celles qui partagent notre joie à nous rejoindre». Les informations concernant l’évolution de Calypso seront régulièrement postées sur notre site : fr.cousteau.org 
Hommage à André FOLCO
Hommage à André FOLCO
Toute l’Equipe Cousteau et Francine Cousteau sa Présidente tiennent à témoigner ici de leur profonde sympathie pour la famille et les proches d’André FOLCO, il restera dans la mémoire de tous ceux qui continuent à découvrir inlassablement le monde sans soleil qu’il a tant aimé. Franck Machu à écrit le bel hommage que nous reproduisons ici: André Folco (1930-2015) André Folco fut un des pionniers de l’OFRS à Marseille, dessinateur concepteur astucieux. Il fut océanaute de Précontinent 2 et l’une des figures du film « Le Monde Sans Soleil ». Prompt à répondre présent pour vivre et contribuer à chacun des rêves de Cousteau, celui-ci l’appréciait pour ses qualités humaines, sa gentillesse et sa compétence. Il était de ces collaborateurs précieux qui permettent les projets les plus audacieux et les réussites les plus heureuses.   C’est en 1955 qu’il rejoint l’équipe Cousteau, il a 25 ans. L’Office Français de Recherche Sous-Marine (OFRS) fraichement créé à Marseille ne compte alors que deux techniciens : Armand Davso et André Laban (Claude Strada n’est encore que bénévole). André Folco est recruté comme dessinateur projeteur pour travailler aux nombreux développements mis en chantier à l’époque. Il y a tout à créer, à inventer. Il contribue à la Troïka, aux scooters sous-marin, aux caméras de télévision et de cinéma, à la soucoupe plongeante.   Tous les 15 jours, il part ravitailler le site de fouilles archéologiques du Grand Congloué avec Armand Davso sur « l’Empenor », petit pointu de l’OFRS. Il aime y faire une plongée, vivre des instants de « bonne vie » bien arrosés dans la cabane du gardien baptisé « Port Calypso », retrouvant les gardiens Raymond Coll et Daniel Isaia. Il lui arrive de faire lui-même le gardien une semaine ou deux, vivant une vie de Robinson sur l’île. En 1959, il y passe 6 mois au Musée Océanographique de Monaco, à travailler sur les équipements que Jacques-Yves Cousteau et Jean Alinat préparent pour répondre aux besoins de la pénétration du monde sous-marin balbutiante. Fin 1959, une exposition-conférence pour Gaz de France est montée par Cousteau, véritable vitrine des recherches et développement des entités Cousteau de Marseille et de Monaco. André Folco passe 3 semaines à Paris à monter l’exposition, logeant chez les Cousteau au Faubourg Saint Honoré.   Il poursuit son travail de dessinateur concepteur au Musée de Monaco jusqu’en 1963, participant à l’élaboration et à la concrétisation des expériences de Maisons sous la mer Précontinent 2. Au printemps 1963 il part en mer Rouge à Shab Rumi avec toute l’équipe pour mettre en place le village de Précontinent 2 sur le fond de la mer, plongeant plusieurs fois par jour. Il est alors choisit par Cousteau pour être l’un des océanautes de la station -10m durant un mois. Son physique de star de cinéma en fait un des personnages marquants du long métrage « Le Monde Sans Soleil ».   A son retour de mer Rouge, il est intégré à l’équipe de « la Base Sous-marine », annexe de l’OFRS où se déroulent les expériences de plongées en caisson et les essais de matériels sous pression. Il dessine et construit les équipements de la base, aux côtés d’Octave Léandri et de Gérard Ricca, entre autres.   En septembre 1965, Cousteau l’affecte à Saint Jean Cap Ferrat comme plongeur assistant sur l’opération Précontinent 3, effectuant des quarts de surveillances ainsi que des plongées logistiques à 30 et 40 mètres en support à la maison sphérique stationnée à 100 mètres de profondeur. En octobre 1965 il participe à la démobilisation de la sphère.   Puis il réintègre la base sous-marine de Marseille, aux côté de Guy Imbert, scientifique détaché du CNRS pour les expériences de physiologie de la plongée, jusqu’à la fin de 1972, date à laquelle s’arrêtent les activités de l’OFRS (devenu CEMA en 1966) suite à l’arrêt des crédits d’état sur le projet Argyronète. Après 17 années dans l’équipe Cousteau, il est licencié, comme tous les membres de l’équipe du CEMA. Et comme beaucoup d’entre eux il intègre la société COMEX en 1973. La COMEX subit à son tour un revers sérieux au moment du premier choc pétrolier et licencie en 1976 beaucoup de ses techniciens. André Folco est de ceux-là. Il rejoint alors le laboratoire du CNRS où travaille Guy Imbert, son ancien collaborateur de la Base Sous-marine. Durant 16 ans, jusqu’à sa retraite, il fera tourner le laboratoire. « Il était l’homme de barre, dit Guy Imbert.  Si j’ai pu passer ma thèse de doctorat, c’est aussi grâce à lui ».   André Folco est décédé le 4 décembre 2015, à l’âge de 85 ans. Jacques-Yves Cousteau disait de lui : « C’est l’homme parfait du savoir vivre en communauté ». Pour vivre dans une maison sous la mer, en séjour dans un caisson hyperbare, ou même sur Calypso, dans la promiscuité la plus totale et le partage le plus spontané, il faut avoir un certain truc. André Folco l’avait…   Franck Machu, le 8 décembre 2015 
COP 21 / UNESCO–PÔLES ACTIONS ET L’ÉQUIPE COUSTEAU PRÉSENTERONT SAMEDI 5 NOVEMBRE “ARCTIQUE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE”
COP 21 / UNESCO–PÔLES ACTIONS ET L’ÉQUIPE COUSTEAU PRÉSENTERONT SAMEDI 5 NOVEMBRE “ARCTIQUE ET CHANGEMENT CLIMATIQUE”
CONFÉRENCIERS : Rémy Marion, réalisateur, photographe, éditeur et fondateur de Pôles Actions; Tarik Chekchak, Directeur Science et Environnement de l’Equipe Cousteau; Eric Rehm, chercheur associé à l’Unité Mixte Internationale Takuvik, Université de Laval, Canada. QUAND : Samedi 5 novembre de 17.00 à 17.45 OÙ: Pavilion UNESCO /le Bourget (espace Générations Climat, ouvert au public). http://www.cop21.gouv.fr/wp-content/uploads/2015/11/EGC-guide-des-visiteurs.pdf Le climat change très rapidement dans l’arctique, avec une  intensité prêt de deux fois plus rapide que le reste du monde. D’importants glaciers reculent et la banquise estivale pourrait bien disparaitre avant 2040. Le changement climatique dans l’arctique affecte également des écosystèmes comprenant des espèces emblématiques comme l’ours polaire. Il affecte également les communautés polaires et les régimes des courants atmosphériques et marins qui ont une influence beaucoup plus large que dans les régions polaires.  
Pierre-Yves Cousteau parle aux jeunes pendant la COP21!
Pierre-Yves Cousteau parle aux jeunes pendant la COP21!
 Le 3 Décembre dans le cadre de la COP21, Pierre-Yves Cousteau a livré un message vibrant lors d’une table ronde consacrée a l’engagement de la jeunesse comprenant jeunes chercheurs et des militants pour la protection des océans/ Pierre-Yves a insisté sur le besoin de motiver les citoyens du monde en touchant leurs valeurs. Comme le commandant Cousteau, son père a disait «Les gens protègent ce qu’ils aiment» et, malheureusement, la principale motivation à travers le monde est encore financière. Cependant, de nouveaux modes de production et de consommation plus adaptés apparaissent et Pierre-Yves insiste sur la nécessité de soutenir ces initiatives porteuses de changements et de solutions.Puis Pierre-Yes a brièvement présenté le projet « Cousteau Divers. Depuis Août 2015, Cousteau Divers et l’Université du Queensland, ont lancé le projet Hermes. Il s’agit prendre la température de l’Océan, en liant l’observation de l’espace a la science participative. En effet, peu de données existent sur l’évolution des températures dans les zones côtières, qui renferment pourtant des écosystèmes marins très importants. Les ordinateurs de plongée des plongeurs récréatifs prennent la température et constituent donc un gisement de données qui peut nous aider a suivre l’évolution des impacts du changement climatique. Rappelons qu’au moins 88% de l’excès de chaleur conséquence des émissions humaines est absorbé par l’Océan.
La Position de la France par Ségolène Royale, Ministre de l’Environnement.
La Position de la France par Ségolène Royale, Ministre de l’Environnement.
 Résumé en ce moment à la COP de la position de la France par Ségolène Royale, Ministre de l’Environnement de la.Les points clefs : -Soutiens a l’élaboration d’un rapport spécial sur l’Océan au sein du GIEC, idée à présent soutenue par la France, la Chine, Monaco, l’Espagne et quelques états insulaires. Réponse positive du Président du GIEC.-Système obligatoire de surveillance des émissions du transport maritime. La France souhaite que ce mécanisme obligatoire soit adopté lors de la session d’avril 2016 de l’Organisation Maritime Internationale.– Interdiction des sacs plastique à usage unique dès 2016 en France, et l’idée de généraliser cet engagement a un maximum de pays.– Interdiction de la pêche profonde au delà de 800 m, mais aucune date n’a été fournie.– Déploiement d’aires marines éducatives en Polynésie Française– Renforcement de la surface de la ZEE Française couverte par des aires marines protégées (engagement actuel de 20%, a comparer aux 10% d’engagement des Nations Unies actuellement). Rappelons que la France a la deuxième zone maritime exclusive après les USA. 
Quel symbole ! En pleine conférence sur l’avenir durable de notre Planète, le Japon annonce la reprise de sa chasse baleinière !
Quel symbole ! En pleine conférence sur l’avenir durable de notre Planète, le Japon annonce la reprise de sa chasse baleinière !
Samedi dernier en pleine conférence de la COP21 et alors que le monde entier se réuni pour essayer de trouver un avenir durable pour notre planète, l’agence des pêches japonaise a informé la Commission baleinière internationale (CBI) de sa volonté de reprendre ses activités de braconnage des baleines dans les eaux antarctiques. Braconnage car en effet, le 31 mars 2014, la Cours International de Justice (CIJ) avait déclaré illégale le programme baleinier japonais et exigeait son arrêt immédiat. Malgré l’accumulation des condamnations éthiques, juridiques et scientifiques le Japon a décidé de revenir sur son engagement a respecter l’arrêt de la CIJ. Il le fait encore une fois a un moment extrêmement inapproprié, pensant probablement que les médias seraient trop occupés par la COP21 pour réagir a cet affront. Le Japon prévoit à présent de tuer 4000 petits rorquals dans les 12 prochaines années. De plus, dans une manœuvre d’évitement des conséquences juridiques de son attitude, le Japon a informé le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, qu’il rejetait la compétence de la CIJ en ce qui concerne « la  recherche, conservation, gestion ou exploitation des ressources vivantes de la mer ». L’Equipe Cousteau, comme observatrice de la Commission Baleinière Internationale, est consternée par la décision japonaise qui est  une acte délibéré de rébellion et de mépris à l’égard de la majorité des pays et des institutions. 
Selon 30 pays les plus vulnérables comme pour Cousteau : +1,5°C max d’ici à 2100 et 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050 c’est possible !
Selon 30 pays les plus vulnérables comme pour Cousteau : +1,5°C max d’ici à 2100 et 100 % d’énergies renouvelables d’ici 2050 c’est possible !
 Dans une déclaration durant la COP21 de Paris le 1er décembre 2015, 30 pays vulnérables déclarent vouloir limiter le réchauffement non pas à 2°C mais a un maximum de 1,5°C à l’horizon 2100. C’est également la position fermement défendue par l’Equipe Cousteau depuis la Conférence de Copenhague (voir notre communiqué de presse). Ces états comprennent des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine qui se considèrent comme particulièrement exposés et vulnérables aux effets du changement climatique (par ex. les Philippines, le Bangladesh, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, l’Afghanistan, les Maldives, le Costa Rica, Tuvalu, Vanuatu, le Vietnam…). Par ailleurs, ils appellent à l’intégration dans l’accord de Paris d’un objectif de 100 % d’énergies renouvelables d’ici a 2050 et de ramener les émissions de GES à zéro avant 2080. Le Commandant Cousteau disait « les missions impossibles sont les seules qui réussissent ». Ce qui compte avant tout c’est de se mettre en marche vers un objectif qui vaille la peine de se lever et de se lancer dans l’aventure des changements nécessaires jour après jour !
COP 21 : L’Equipe Cousteau présente les enjeux du changement climatique en arctique
COP 21 : L’Equipe Cousteau présente les enjeux du changement climatique en arctique
Ce matin, Tarik CHEKCHAK, directeur Sciences et environnement de l’Equipe Cousteau a présenté en compagnie de Rémy Marion de l’association Pôles Actions, une présentation sur la situation de l’ours polaire face aux enjeux du changement climatique. La session c’est déroulée au sein du pavillon Tara « Océan et Climat » dans le cadre d’une journée consacrée aux enjeux de l’arctique dans le cadre de la COP21. Parmi les points essentiels de la matinée, ont été explorées les conséquences de la réduction drastique de la banquise estivale sur l’océan glacial arctique et le climat. La table ronde sur les conséquences écologiques a réuni Rémy Marion, spécialiste des régions polaires et co-auteur du livre « Géopolitique de l’Ours Polaire », Olivier Gilg, Président du Groupe de Recherche en Ecologie Arctique et Tarik CHEKCHAK. Parmi les points proposés par l’Equipe Cousteau, la nécessité de s’adapter a la probabilité que d’ici au plus tard 2100 ,la banquise estivale disparaisse presque totalement de l’arctique, avec de très grandes conséquences sur les écosystèmes qui en dépendent, incluant l’emblématique ours polaire. Devant ce constat, nous recommandons d’identifier des zones, particulièrement dans le nord du Groenland et du Canada, qui pourraient héberger des reliques de banquise estivale et devenir des zones refuges dont il faudrait assurer un haut niveau de protection. Plus de détails: http://oceans.taraexpeditions.org/m/agenda/en-ce-moment/tara-met-le-cap-vers-la-conference-climat-de-paris-en-decembre-cop-21/ 
L’Equipe Cousteau à l’évènement de haut niveau « Because the Ocean », dimanche 29 Novembre.
L’Equipe Cousteau à l’évènement de haut niveau « Because the Ocean », dimanche 29 Novembre.
Dimanche 29 novembre, a la veille de l’ouverture officielle de la COP21, l’Equipe Cousteau était présente à l’événement « Because The Ocean » organisé au Pavillon Tara « Océan et Climat ».  Cet événement de haut niveau a réuni des représentants de gouvernements et de la société civile. Une déclaration commune a été signée soutenant : Un rapport spécial sur l’océan par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) Le respect de l’Objectif de Développement Durable nº14 dédié à l’Océan et aux ressources marines L’engagement d’un groupe de travail « Ocean » sous l’égide de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC)
L’Équipe Cousteau à la COY11
L’Équipe Cousteau à la COY11
Pour sa 11e édition, la COY “La Conferérence des Jeunes” se déroule en France, entre le 26 et 28 Novembre. Plus grande que les précédentes COY, la COY11 entend présenter le message de la jeunesse juste avant la COP. Le  26 Novembre, L’Equipe Cousteau a eu le plaisir d’échanger avec des jeunes du monde entier lors de notre atelier  “L’Océan au cœur du changement climatique ». Sont but ? Iinformer les jeunes sur les conséquences du changement climatique dans les écosystèmes marins, mais aussi les motiver a entrer dans l’action en présentant des pistes de solutions pour le développement durable. Durant les négociations climatiques, les jeunes de YOUNGO « assemblée des organisations non gouvernementales de la jeunesse » mènent un certains nombres d’activités visant à : rappeler aux représentants des gouvernements leur devoir moral dans ces négociations, pousser pour que certains sujets soient débattus au sein de la COP, comme par exemple la question assurer la liaison avec les jeunes non présents à la COP et les tenir informer sur l’évolution des négociations.  Pour sa 11e édition, la COY “La Conferérence des Jeunes” se déroule en France, entre le 26 et 28 Novembre. Plus grande que les précédentes COY, la COY11 entend présenter le message de la jeunesse juste avant la COP. Le  26 Novembre, L’Equipe Cousteau a eu le plaisir d’échanger avec des jeunes du monde entier lors de notre atelier  “L’Océan au cœur du changement climatique ». Sont but ? Iinformer les jeunes sur les conséquences du changement climatique dans les écosystèmes marins, mais aussi les motiver a entrer dans l’action en présentant des pistes de solutions pour le développement durable. Durant les négociations climatiques, les jeunes de YOUNGO « assemblée des organisations non gouvernementales de la jeunesse » mènent un certains nombres d’activités visant à : -rappeler aux représentants des gouvernements leur devoir moral dans ces négociations,-pousser pour que certains sujets soient débattus au sein de la COP, comme par exemple la question de l’éducation au changement climatique,-assurer la liaison avec les jeunes non présents à la COP et les tenir informer sur l’évolution des négociations. En soirée, nous avons eu également le plaisir de participer à la table ronde sur “La Nature est-elle en danger de privatisation ? » Nous avons débattu avec des scientifiques, des représentant de communautés autochtones et  bien sur le publique présent des questions suivantes : Qu’on achète des terres pour les sanctuariser ou pour les industrialiser, mettre un prix sur la biodiversité et ses synergies naturelles pose des questions éthiques. Les changements climatiques et les dégradations dues aux activités humaines mettent en péril nos écosystèmes et ce qu’ils apportent aux Hommes et certainement ces dégradations ont un coût. Seulement, pour sauvegarder notre environnement est-on obligé de l’intégrer dans les logiques économiques? Quels en sont les risques ?” Tarik Chekchak, Directeur Sciences & Environnement de l’Équipe Cousteau a partagé la table ronde avec, Marine Gauthier, consultante pour les Nations Unies sur les questions de gouvernance(REDD+, COP21), Alain Karsenty, économiste et chercheur au CIRAD, Département “Environnements et Sociétés », Patrick Saïdi Hemedi, représentant des communautés autochtones de la République Démocratique du Congo et Laure Ducos de l’association BLOOM qui animait le débat. Une journée rafraichissantes et pleine d’échanges dynamiques qui fait du bien au vu des circonstances…
Equipe Cousteau participe à un atelier international à Djibouti
Equipe Cousteau participe à un atelier international à Djibouti
Équipe Cousteau, représentée par Tarik Chekchak, Directeur Science et Environnement et Rebecca Klaus, Conseillère, participe à un atelier international à Djibouti, du 14 au 15 Octobre. Cette région avait été visitée, dans les années soixante, par le Commandant Cousteau lors des expéditions en mer Rouge avec Calypso. En 1967, il a exploré le célèbre golfe du Goubet. Aujourd’hui, suite à la demande de l’IUCN, l’Union internationale pour la conservation de la nature, Équipe Cousteau est de nouveau présent dans cette région afin de s’impliquer dans un projet de recensement et de cartographie des habitats marins, principalement dans le golfe de Tadjourah.
Henri Garcia, repésentant l’Equipe Cousteau à l’île de Pâques, disparait
Henri Garcia, repésentant l’Equipe Cousteau à l’île de Pâques, disparait
Henri est parti explorer un univers inconnu, mais l’affection, la passion sans limite qu’il a témoigné à l’œuvre du Commandant Cousteau et à notre équipe nous donnera l’énergie de poursuivre ses rêves. Henri était depuis 20 ans notre ancrage à l’île de Pâques. Nos échanges presque quotidiens gommaient la distance et bâtissaient les programmes. Henri, c’est un homme soleil qui ne s’éteindra jamais ! A tous ceux qui l’ont aimé, notre sympathie en partage. Francine Cousteau Adieu Riton ! “L’aventure continue!” c’était son leitmotiv. La vie d’Henri Garcia était toute entière vouée à la découverte. De ses premières sorties en tant que jeune plongeur et marin, de la Marine Nationale au Marine Land d’Antibes, à son arrivée dans l’équipe du Commandant Cousteau et ses expéditions. Henri Garcia a toujours vécu sa passion pour l’exploration à fond, se distinguant par son enthousiasme contagieux et sa volonté inébranlable d’aller de l’avant. Depuis bientôt 20 ans cet ami loyal était le représentant de l’Équipe Cousteau au Chili basé à l’ile de Pâques. Au cours d’une expédition à l’île de Pâques pour faire le repérage du film de Cousteau Le Testament de l’Ile de Pâques (1978), il tomba amoureux de l’île et de ses mystères. Au fil des années « Riton » est devenu un des personnages emblématiques de l’île, où il s’investit tant dans la construction de ses infrastructures que dans l’exploration de l’archéologie et où il aura deux enfants. Incontournable, il accompagnera les voyages de tous ceux qui comme lui, partageront la fascination pour cette île, de Christian Zuber à Thor Heyerdahl et tant d’autres. Henri Garcia ancra son cœur à Rapa Nui et en fit sa base d’explorations, d’où il rayonna à travers la Polynésie, l’Amérique du Sud, et le reste du monde, découvrant des merveilles dans des lieux aussi variés que Sala y Gomès, les iles Chiloé, la Sibérie ou le désert de l’Atacama, comme ce fameux « dragon de Patagonie » trouvé en 2001 lors d’une mission sur le glacier de Grey. Aux confins du monde, là ou personne n’aurait cru trouver la vie, Henri Garcia trouvait de la magie, et il ne cessa jamais de s’en émerveiller. L’Équipe Cousteau ainsi que la Cousteau Society est aujourd’hui sous le choc de sa disparition et tient à s’unir à tous ceux qui portent aujourd’hui le deuil de cet aventurier hors pair et de cet ami fidèle, qui partageait avec le Commandant Cousteau l’amour de l’exploration et qui avait si bien continué à porter le flambeau de cet esprit, qu’il nous lègue à tous. A nous tous maintenant de continuer l’aventure Riton ! Diane Cousteau Henri Garcia – 1951-2015Instructeur, chef plongeur sur Calypso, chef de mission, explorateur archéologique terrestre et sous-marin. Représentant Équipe Cousteau / Cousteau Society à l’île de Pâques.  
« 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 »